Dragons rpg

Bienvenue sur RoD, forum rpg basé sur les films et la série Dragons de Dreamworks !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amaryllis

avatar


Messages : 66
Date d'inscription : 18/06/2016
Age : 22
Localisation : dans ton dos

Fiche de personnage
Espèce: aile de la mort
Je suis: Dragon sauvage
Partenaire: personne, snif

MessageSujet: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   Ven 20 Jan - 21:27

Je ne suis arrivé sur cette île que récemment, et aujourd'hui j'ai quitté mon petit territoire, qui n'est constitué que d'un petit bassin à truite, une grotte et un bout de clairière de forêt, afin de m'aventurer le long des rives, pour explorer les environs. Bon pour dire vrai, je m'ennuyais ferme et j'ai déjà mangé, alors quand on a rien d'autre à faire, on explore.

Je suis une dragonne pleine d'énergie et j'ai trop envie de trouver un partenaire de jeu. Un humain du village par exemple! Il adore mes blagues! pour... certains... pour dire vrai. Mais bon ils ne me chassent pas. Je suis depuis longtemps remise des brulures de l'ébouillantueur, grâce à l'aide de "Keelan", ma petite humaine chouchoute. Elle est toujours à me faire des cadeaux et je lui en fais aussi quand je peux!

Avec un peu de chance je tomberai sur un petit groupe de mon espèce que je pourrai rejoindre! M'enfin. Je rêve pas trop. En fait, à force du temps, j'ai même finis par aimer vivre hors des miens. ça permet de rencontrer d'autres dragons sans avoir à se battre ou se coltiner des boulets! Bien sûre ça me rend AUSSI plus vulnérable mais je sais me défendre, faut pas croire, sinon je serais pas en vie.

Je descends une longue côte et là je tombe sur une série de pleins de points d'eau, dont le rendue sous le soleil est magnifique! Il y a des petites chutes d'eau et même des zones avec du sable pour se prélasser. Je pourrai ptêt prendre un bout de territoire ici! ou au moins y venir très souvent. Je me promène, de ça de là, sur les parties sèche des rebords.

- hoo le bel endroit!

Toute heureuse de ma découverte, je finis par ne plus résister à sauter dans l'eau et ris en éclaboussant des oiseaux sur leurs branches, un rongeur qui passe ou simplement moi-même. Je m'ébroue et me détends, allongé sur un rocher... orange? Je me redresse et le renifle. C'est quoi ça? Je descends de mon perchoir et vois avec stupéfaction un dragon coincé dedans, entièrement figé... mort. à moitié dévoré. Je recule vivement et ne suis plus autant détendu qu'à mon arrivé. Des nouvelles techniques humaines? Une espèce de dragon? dans les deux cas, jamais de ma vie je n'ai vu pareil chose. Je passe mon chemin, un peu plus alerte et sur mes gardes. J'ai pas intérêt de croiser ce qui à fait subir un tel sort à ce dragon.

Le moindre bruit me mets en alerte et je finis par passer dans les ombres puis active mon camouflage. Je veux partir d'ici mais ne sais plus trop le chemin. bravo, amaryllis, bravo. Franchement j'en manque pas une. En plus tout les bassins se ressemble et j'ai pas envie de risquer de voler tout de suite, pas tant que je ne sais pas si l'endroit est vraiment à cent pour cent sûre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aerys

avatar


Messages : 55
Date d'inscription : 15/01/2017

Fiche de personnage
Espèce: Chant Funeste
Je suis: Dragon sauvage
Partenaire: No.

MessageSujet: Re: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   Ven 20 Jan - 22:48

Etablir mon nouveau royaume dans la forêt près du village humain était l’une des pires idées que j’avais eu depuis longtemps. Les petites choses roses ne causaient pas vraiment de problème, c’était plutôt le voisinage, j’avais eu à faire à des dragons bizarres là bas. Enfin cette histoire derrière moi, je devais me projeter ailleurs.
Il fallait déjà que je m’éloigne de cette zone mais mon radar devait être en panne par ce que en quelques battement d’ailes je me retrouvai au dessus d’un grand territoire humain. Le truc dans ce genre de situation c’est de ne pas paniquer et de voler haut dans le ciel pour ne pas être vu. Heureusement pour moi mon sang froid légendaire et mon habilité à me sortir de toutes sortes de situations critiques jouaient en ma faveur !
Mais les problèmes ne viennent jamais seul et ce fut quand je me retrouvai face à l’océan que je réalisa avoir pris la mauvaise direction..encore. Tant pis j’avais faim, j’étais fatigué il fallait que je me repose un instant.

Le littoral est loin d’être l’endroit parfait, tout d’abord il n’y a aucunes plantes pour se camoufler et l’endroit et si pauvre en proie, de plus pêcher en mers est loin d’être aussi facile que de plonger le museau dans une rivière pour attraper le premier poisson venu. Mais bon tant pis j’allais faire avec pour au moins quelques jours le temps de me reposer de mes récentes aventures.

Tout d’abord il me fallait un endroit pour me réfugier, je scrutais longtemps la falaise dans l’espoir de trouver une grotte ou une crevasse assez grande (et confortable si possible) pour loger mes grandes ailes, par chance je découvris une entrée dans la falaise cachée par deux rochers. C’était pas le grand luxe auquel j’étais habitué, c’était sombre, humide et envahi par le sable néanmoins la place était bien située, je pouvais observer sans être vu! De plus d’un point de vu neutre l’endroit avait son charme, il y avait des trous d’eau éparpillés un peu partout sans doute laissés là par la marée.

Timide les premiers instants, j’essayai plutôt à attraper du poisson mais j’étais loin d’être aussi bon pécheur qu’un vrai dragon marin, j’étais plutôt maladroit dans cet technique et à chaque échec ma frustration grandissait. Tant pis pour la discrétion, instinctivement je me remis à faire ce que je faisais de mieux : Chanter. Mes cris ressemblaient à un requiem, un chant annonçant la mort pour les autres reptiles. La musique était roque, étrange et semblait venir d’outre tombe, parfois des viking curieux étaient attirés mais ma plus belle prise fut ce gros gronk un peu bête. Il s’appelait Brutus le terrible, paix à son âme. En fait il avait fait son apparition un matin alors que je ne m’y attendais pas, du sommet de la falaise je perdis au moins quinze minutes de ma vie à l’observer tourner en rond perturbé par mes cris et puis enfin je l’immobilisa pour de bon grâce à l’ambre que je secrète, en grand seigneur je ne le fit pas trop souffrir (enfin ce qu'il fallait..)  

Bref, j’en fis mon festin. Bon je suis loin d’être friand de gronk mais la faim étaient trop insoutenable, au moins ce gros lard m’avait bien calé.

Aujourd’hui il fallait que je bouge d’ici, j’étais en forme et prêt à voler sur de longue distance, j’allais enfin pouvoir me remettre à chercher le territoire parfait!  Rien que de penser à me prélasser dans un grand nid de feuille perché sur une montagne me rendait impatient ! Merci grotte mais dormir une nuit de plus dans un tel taudis non merci!
Cependant j’allais rester ici un peu plus longtemps que je ne l’avais prévu..

« Hm cette odeur.. » Il y avait un dragon qui avait fait halte au loin, je ne pouvais le voir de là où j’étais mais je n’allais pas laisser passer une nouvelle opportunité. Mais je voulais d’abord savoir ce que c’était, en tout cas ça ne sentait pas le gronk (bonne nouvelle). Bon la seule façon de le savoir c’était d’attirer cette créature dans mes filets. Oui je n’étais pas rassuré au point de me montrer sans précautions.

Alors je poussai à nouveau la chanson, sur un rythme lent, plaintif qui glace le sang mais si ..envoutant! Un corps rouge de grandes ailes avec de longs appendices ressemblant à des feuillages, j’avais à faire à un aile de la mort. J’en avais déjà rencontré sur mon ile mais jamais eu l’occasion d’en manger, il faut dire que ce genre de dragon se déplace rarement seul et ne sont donc pas une proie facile. Je restai sur mes gardes et m’arrêtant même de chanter pensant que son groupe ne devait pas être loin.
Cependant je ne savais pas si j’étais encore aussi bien camouflé, il faut dire que mes couleurs plutôt flashes étaient loin d’être un bon déguisement sur une plage…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaryllis

avatar


Messages : 66
Date d'inscription : 18/06/2016
Age : 22
Localisation : dans ton dos

Fiche de personnage
Espèce: aile de la mort
Je suis: Dragon sauvage
Partenaire: personne, snif

MessageSujet: Re: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   Dim 22 Jan - 9:37

J'entends un bruit alors que j'explore la zone à la recherche d'une sortie. Je continue mon chemin, deux fois plus prudente. Je sens mes pattes qui commencent à trembler, mais ne lâche pas espoir. Le danger est là, autour de moi, j'en suis sûre. Mon instinct me trompe rarement, et là j'ai jamais été aussi sûre de lui. Je me laisse glisser le long d'une pente et atterrit dans une zone de grande étendue de sable, avec les grandes ombres des petites falaises au-dessus de moi. Je commence à escalader quand ...

Je sursaute. C'est quoi ça? Je cesse d'avancer en restant dans l'ombre et écoute ce drôle de bruit. C'est très joli comme bruit. Je me dirige vers ce qui produit une si jolie... mélodie. J'ai beau tourner en rond sur la grande étendue de sable je ne vois rien du tout. Je retire mon camouflage et m'allonge. Peut-être est-ce le vent dans les rochers qui siffle et produit cette charmante petite chanson si douce... si envoutante...

Je me détends et m'allonge sur le sable, incapable de m'éloigner de cette source musicale. Je ne sais pas ce que c'est, en fait je n'ai pas envie de savoir, ça briserai cette magie qui m’enveloppe. Je ronronne et ferme les yeux sur le sable chaud. J'en oublie le krong dévoré, le danger sûrement encore présent, mon envie de fuir.  Fuir? pourquoi fuir? C'est si beau ici, et ce chant est tellement calme et apaisant. Je ne pense plus à rien d'autre que la mélodie maintenant, mes sens s'émoussent et j'ondule ma tête au rythme lancinant des notes de musiques.

Je m'amuse à accorder mon ronronnement sur les même timbres, ajoutant alors une touche grave et sourdine à la chanson. Ho ouin c'est tellement bien comme ça. Pourquoi aurai-je peur de quoi que se soit? De quoi je parlais déjà? je... suis où?  quelle importance...

La dragonne, exposée à tout dangers, est complétement envoutée par la mélodie du maitre Chanteur. Elle se contente de "chantonner" avec la mélodie en basculant sa tête de gauche à droite, allongée sur le sable et les yeux fermés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aerys

avatar


Messages : 55
Date d'inscription : 15/01/2017

Fiche de personnage
Espèce: Chant Funeste
Je suis: Dragon sauvage
Partenaire: No.

MessageSujet: Re: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   Dim 22 Jan - 11:30

Chanter pour hypnotiser et attirer des proies directement dans ses filets est une méthode de chasse qui demande tactique et habilité, en effet la mélodie se doit d’être parfaite sinon le charme peut être rompu. En ce qui me concerne je ne fais jamais de fausses notes, lorsqu’un autre dragon entend le son de ma voix il ne peut que se résoudre à accepter son funeste distinct ! Bon c’est vrai que dit comme cela j’ai l’air d’un gros psychopathe mais pourquoi es-ce que je serai plus cruel qu’un autre si je ne fais que suivre mon instinct ?

En attendant l’aile de la mort venait de s’aventurer d’avantage dans ma direction. La berceuse devait bien fonctionner puisque ce dragon avait l’air plutôt détendu voir même hébété un peu comme si on sentait une bonne odeur et qu’on voulait la suivre. Visiblement il devait être seul puisque s’il y en avait d’autres, la mélodie aurait du les attirer depuis longtemps, en tout cas c’est ce que je choisi de croire à cet instant.

Plus rassuré et voyant l’aile de la mort plongé dans un état d’hypnose, je bondis hors de ma cachette me posant à quelques mètres de lui, les ailes grandes ouverte histoire de me rendre plus impressionnant (et aussi pour la frime). J’avais à faire à une femelle, ça faisait longtemps que je n’avais pas eu de présence féminine envoutée par ma voix, cela rendait cette chasse encore plus interessante.

J’avais évidemment cessé de chanter, cela n’avait plus d’utilité et je ne veux surtout pas attirer d’autres dragons, un à la fois suffit.
Maintenant il fallait agir vite, engluer dans l’ambre cette aile de la mort pour ne pas lui laisser l’occasion de se défendre. D’un battement d’aile je pris un peu de hauteur pour mieux viser et sans lui laisser le temps de reprendre ses esprits j’envoya une salve de projection ambré pour l’immobiliser au sol.  
Dans le mille, j’ai trop de technique et de classe pour manquer une telle cible…Oui bon c’était aussi assez facile de viser quelque chose qui ne bouge pas presque à bout pourtant. En tout cas à présent je pouvais cueillir les fruits de mes efforts. Je me posa au sol et m’avançais vers ma proie d’une démarche dominante, il fallait tout de même que je me méfie de sa bouche, on n’est pas à l’abris d’une riposte acidulé. Une fois assez proche, je ne sais pas pourquoi mais je lui adressa la parole

«  Dangereux de s’aventurer seule comme ça…Tu sais ce que je suis au moins? »

Plaisir sadique, simple curiosité ou peut être le fait que je n’avais plus vraiment faim après le gronk et que je m’ennuyais un peu. Enfin je sais pas exactement ce qui m’a pris mais je continuai de fixer la dragonne rouge en restant alerte préparé à toutes éventualités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaryllis

avatar


Messages : 66
Date d'inscription : 18/06/2016
Age : 22
Localisation : dans ton dos

Fiche de personnage
Espèce: aile de la mort
Je suis: Dragon sauvage
Partenaire: personne, snif

MessageSujet: Re: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   Dim 22 Jan - 16:37

Le chant si beau, si mélodieux, si parfait... cesse brutalement. Je papillonne des yeux.

- ho, déjà?

J'allais me relever quand un cris attire mon attention. Je lève la tête et ne pu que voir une grosse masse jaune s'abattre sur moi. Je hurle en attendant la morsure de crocs destructeur maaiiss... non. rien. enfin pas de douleur. Je rouvre les yeux doucement et essaie de bouger mais rien. Impossible. Je peux mouvoir ma tête et ma queue, à peu près, mais rien d'autre. Cette substance qui est atterrit comme de la sève d'arbre se retrouve durcit autant que de la pierre.

C'est là que je le vois. Un dragon bien coloré et aux ailes très impressionnantes. Il se pavane devant moi, ce mâle arrogant, mais tout de même fort beau avec toutes ses couleurs. Jamais de ma vie je n'ai croisé une telle espèce : avantage de voyager? voir du monde. Je penche la tête sur le côté et remarque que j'ai du mal à respirer convenablement. je la remet donc plus droite.

- dangereux de s'aventurer seule comme ça... tu sais ce que je suis au moins?

Je reconnais la pierre, à défaut de connaitre le dragon. C'est dans cette drôle de pierre jaune qu'était englué le cadavre de tout à l'heure. Les lianes qui ornent ma tête frémissent à l'idée du danger de me faire boulotter sans rien pouvoir faire. Après tout, j'ai encore une chance de m'en sortir vivante, alors tentons de discuter.

- Non. Jamais je n'ai croisé un dragon avec autant de couleurs... c'est toi qui chantais? C'était magnifique!

Je dis la vérité en plus, j'ai beau avoir la peur au ventre et un danger de mort douloureuse qui plane au-dessus de moi, je ne peux qu'avouer son talent artistique. Qui sait... un peu de flatterie bien dosé pourrait l'adoucir un peu, le faire reconsidérer son choix. De toute façon j'ai toujours été curieuse de l'inconnu, alors si je dois mourir, autant satisfaire ma soif de connaissance.

- Je m'appelle Amaryllis, et toi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aerys

avatar


Messages : 55
Date d'inscription : 15/01/2017

Fiche de personnage
Espèce: Chant Funeste
Je suis: Dragon sauvage
Partenaire: No.

MessageSujet: Re: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   Dim 22 Jan - 23:47

Visiblement je devais être le premier chant funeste que cette dragonne avez vu de sa vie et si cette dernière est une locale cela ne veut dire qu’une seule chose : Je suis le seul de mon espèce dans les environs! Excellente nouvelle! Oui parce que si il y a un genre de dragon que je ne supporte pas après les murmures mortel (impossible de les détrôner eux, un jour j’aurai leur peau épineuse!) ce sont les autres de mon genre, il faut dire que depuis que mon père avait essayé de me manger (et avait très certainement fait de ma mère son diner) j’ai de bonnes raisons de ne pas porter les autres chants funestes dans mon coeur.

Enfin revenons à nos dragons, ou plutôt miss aile de la mort, comme je le disais, elle fait partie des rares membres du sex opposé à être tomber sou mon charme..ou plutôt à celui de ma voix, comme mon ancien ami Brutus le gronk, elle n’a aucunes idées de ce que je suis et ce dont je suis capable, ce devait être pour cela qu’elle me répondit sans insultes ou autre cracha acidulé. Sa voix fut au contraire très calme voir même douce, elle me dit son nom tout en disant des évidences sur la beauté de mes ailes ou la mélodie de mon chant. Allons donc je ne suis pas bête comme un Yak ! Soit elle tente de jouer la carte de la flatterie soit elle est doté d’un sang froid hors du commun. Méfiance tout de même.

«  Hmm je vois. De là d’où je viens, je suis considéré comme un monstre aux yeux des autres dragons… Bien sur je les comprends mais quand même, si je devais me trouver face à ce qui pourrait être ma mort, je tâcherai de rester courtois, un peu comme toi en ce moment. »

Mais qu’est-ce que je suis entrain de faire? Taper la discussion avec une proie potentielle? Bon mes parents n’avaient jamais vraiment eu l’occasion de me dire de ne jamais jouer avec la nourriture de plus si je me souviens bien ce n’est pas la première fois que ça m’arrive. En effet il y avait eu une fois un bragettor avec qui j’avais échangé quelques plaisanteries avant de le tuer. C’était vraiment drôle à faire d’ailleurs, je m’étais toujours demander si l’on coupait une tête es-ce que l’autre resterai vivante, bah non ça l’a tué sur le coup, au moins y en avait un qui avait moins souffert. Bref je m’égard. Elle m’avait dit son nom au fait, autant lui dire le mien, moi aussi j’aurai aimé connaître le nom de mon bourreau comme ça si je m’échappe je serai vers qui aller pour me venger. Je prendrai donc un risque à lui révéler mon identité ? Tant pis, la vie est faites d’erreurs alors une de plus ou de moins..

« Aerys, c’est le nom qu’on m’a donné. »

Je me mit à tourner autour d’elle pour voir si tous les membres étaient correctement englués, mes grandes ailes toujours déployées lui cacha le soleil le temps que je finisse mon inspection.

« Amaryllis c’est ça? Tu portes le nom d’une très belle fleur, en voir me rendrai nostalgique. De là d’où je viens tout est plus beau et coloré vois tu »

Je suis bavard quand je m’y met, des fois on pourrait me reprocher de trop parler de moi, mais ce n’est pas ma faute si je suis si intéressant et puis ça fait du bien un peu de briser sa solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaryllis

avatar


Messages : 66
Date d'inscription : 18/06/2016
Age : 22
Localisation : dans ton dos

Fiche de personnage
Espèce: aile de la mort
Je suis: Dragon sauvage
Partenaire: personne, snif

MessageSujet: Re: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   Mer 25 Jan - 15:10

Il semble plutôt de bonne humeur. Le souci quand on ne connait rien d’une espèce, c’est qu’on ne sait pas comment le dragon pourrait réagir. Après tout, toutes les espèces ont des petits traits communs dans leurs comportements, et j’en suis une preuve. J’en ai conscience en tout cas. Il m’explique rapidement sa réputation auprès des autres dragons, comme quoi il est un monstre… franchement, j’en ai croisé un de dragon-monstre, ce cauchemar monstrueux porte extrêmement bien le nom de son espèce et j’ai bien faillit y laisser mes écailles et ma vie. C’est par pure chance que je suis encore en vie, et là il me faudrait de nouveau cette chance, ou un peu de bon sens et de bons dialogues,  pour me sortir de cette situation.

Quand il me dit que face à la mort il serait aussi courtois que je le suis, je ne peux me retenir de soupirer un peu. Génial, il se considère comme étant ma mort. Dure dure de persuader un gros reptile qui se voit directement comme ton ennemi… enfin plutôt comme étant ton prédateur. Mais en le regardant dans son attitude, il a l’air content de pouvoir parler avec quelqu’un, il doit se sentir seul à force… surtout s’il ne fait que figer et manger tout ceux qu’il croise. Après que j’ai dévoilé mon prénom, il me dit le sien.

- Alors enchanté, Aerys.

Il flatte mon nom, je suis ravie qu’enfin quelqu’un sache l’origine de mon prénom, c'est-à-dire une fleure rouge. Je repense à ce pêcheur qui m’a nommé. En fait, je ne me souviens même plus de nom prénom de naissance tellement je suis habituée à celui-ci, à la force des ans. Il ne fait qu’effleurer les souvenirs de son passé. Je sais que je suis prisonnière, mais j’éprouve de la compassion pour lui.

Je dois tenter le tout pour le tout, mais cette foi mon but n’est plus de m’enfuir, mais bien d’aider Aerys à s’ouvrir un peu plus. Il a besoin de compagnie, et je sais à quelle point la solitude peut rendre teigneux et triste. Je souris et approche mes lianes pour me gratter un peu le cou. Bon je me lance !

- Plutôt que de me garder ainsi emprisonnée… ne peux-tu pas me libérer ?

Je sais que les premières réponses seront « non dans tes rêves » mais avec un peu d’argumentation il devrait m’écouter… j’espère.

- Je ne fuierai pas. J’aimerai parler avec toi… qu’on discute un peu de nos aventures ! de notre passé !


Je ne peux m’empêcher d’avoir de l’enthousiasme, dans le sens où j’adore en apprendre plus sur les histoires des autres, car ce sont les voyageurs qui ont le plus de choses à raconter. Et si lui vient de loin, il a forcément des tonnes d’histoires vécues.

- Je sais que tu te vois comme étant ma mort mais, franchement, tu te sens pas un peu… seul ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aerys

avatar


Messages : 55
Date d'inscription : 15/01/2017

Fiche de personnage
Espèce: Chant Funeste
Je suis: Dragon sauvage
Partenaire: No.

MessageSujet: Re: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   Jeu 26 Jan - 16:50

Alors que je pouvais d’un instant à l’autre lui briser la nuque ou la blesser mortellement, Amaryllis était tout sauf paniqué, au contraire elle paraissait même plutôt détendue comme si cette situation n’avait rien de grave… J’avais jamais vu ça de toute ma vie, n’importe qui maintenant serait soit entrain de me supplier ou bien de m’insulter de tous les noms en jurant de se venger enfin l’habitude en somme, mais elle non, elle poursuivait la discussion comme si j’étais un ami et non une menace.

Elle est forte cette dragonne rouge, très forte, elle arrivait presque à me faire douter. A l’entendre j’eu en un moment de relâchement, d’abord j’avais incliné la tête et replié un peu mes ailes comme si j’étais seul dans mon nid, mais non je ne tomberai pas dans son piège pour ensuite me faire asperger d’acide. Je repris donc ma posture menaçante, lorsqu’elle me demanda si je pouvais la libérer. Techniquement il n’y a que le feu pour briser ce cocon mais je connais le moyen détruire cette structure sans utiliser de flamme, enfin là n’est pas la question, tout ce qui importe c’est que dans la position actuelle elle restait à ma merci et je n’ai jamais laissé un dragon s’échapper de ma prison dorée !
D’un autre côté, étant l’unique représentant de mon espèce dans les environs signifie que les autres dragons ne sont pas habitués à nous fuir et nous haïr, ce qui en somme donne aussi un sens au comportement si relax d’Amaryllis.

Autant adopter une autre stratégie, cette fois si au lieu..Non cela n’avait aucun sens, autant en finir tout de suite et lui porter le coup fatale, c’est ce que je devais faire mais mon corps restai inexplicablement figé et préférai plutôt écouter la dragonne. Elle désirai parler? De quoi, du bon vieux temps où je chassais tous mes semblables pour me nourrir ? Je répondis un peu précipitamment,  

Te libérer ? Parler ? ça t’intéresses vraiment? Je.. Je suis »
Je voulais dire quelque chose du genre « Je suis ton prédateur, la dernière chose que tu verras de ce monde » enfin un truc de ce style mais elle ne me laissa pas l’occasion de finir, elle enchaina directement en disant qu’elle ne me voyait pas comme une menace et pour m’achever elle me demanda si je ne me sentais pas..seul.

Je pris une longue inspiration, cette situation perturbante me déstabilisait il fallait bien que je me l’admette et que je cesse de me mentir. Si je voulais vraiment y mettre fin et tuer cette dragonne, je l’aurais déjà fait depuis longtemps. En fait je ne voulais pas la manger, je ne sais comment me l’expliquer mais pour cette fois je n’avais pas envie de lui sauter sauvagement au cou et répandre son sang sur le sable.

En repliant lentement mes grandes ailes je me cambrais pour mieux la regarder. C’est à cet instant que mon regard plongea dans le sien, elle avait les yeux jaunes comme les miens. Me voilà dans une posture fort délicate, il fallait que je résiste à la tentation de détourner mon regard, que je tienne encore le coup pour ne pas montrer un signe de faiblesse.

« Je viens d’une région où mon espèce chasse les autres dragons, je sais ça peut paraître criminel mais c’est ainsi, je les hypnotisent, je les tuent, je les mangent. »

A cet instant je ne pouvais plus la regarder d’avantage, elle me dévisageait trop et je n’aimais pas le fait qu’on lise en moi de la sorte. Je me redressa pour ne plus avoir à affronter son regard.

« Je peux te libérer, ce n’est pas impossible. Je ne sais pas si tu chercheras à t’enfuir, ce serait un peu bête, je suis rapide et agile en vol, je pourrai aisément te rattraper. … Toi d’où viens tu? Pourquoi es-tu seule? Ton groupe t’as abandonné ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaryllis

avatar


Messages : 66
Date d'inscription : 18/06/2016
Age : 22
Localisation : dans ton dos

Fiche de personnage
Espèce: aile de la mort
Je suis: Dragon sauvage
Partenaire: personne, snif

MessageSujet: Re: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   Sam 28 Jan - 13:46

Il m'écoute mais son regard dévie. Il ne parvient pas à garder la posture dominante, assurée et puissante qu'il avait quand il a atterrit devant moi tout à l'heure. ça se voit à son comportement qu'il doute. J'ai ce ... talent? ... de parvenir à garder mon calme dans les situations les plus diverses qui peuvent m'arriver. Je ne sais pas si c'est parce que je suis curieuse ou chose du chose que je suis ainsi doter de sang-froid, mais ça l'a toujours été... il faut dire aussi, sans me vanter hein, que je suis plutôt maline quand je veux.

Mais la je n'essaie pas de simplement le berner pour sortir de là, je souhaite vraiment l'aider. Je pense qu'il a juste besoin d'un petit coup de pouce pour apprécier d'autres dragons que lui-même, et qui sait même un ou deux humains... comme moi! Beaucoup on tendance à dire : tu es de telle espèce donc tu es comme ça... certes c'est plutôt vrai, on a tous des "caractères commun" comme celui de préférer se cacher pour mon espèce ou d'être assez arrogant, apparemment, pour ceux de son espèce à lui.

Il m'explique qu'ils dévorent des dragons, ça je l'avais deviné à la vu de Krong et de ma position actuelle. c'est pas pour me rassurer tout ça mais... ça ne veux pas dire qu'il est OBLIGE de le faire avec absolument TOUT le monde... si? Après tout n'est-il pas en train de ne PAS me dévorer justement? Je pense qu'il a juste besoin d'une petit aide pour le guider hors de ses sentiers habituels.

- Je peux te libérer, ce n’est pas impossible. Je ne sais pas si tu chercheras à t’enfuir, ce serait un peu bête, je suis rapide et agile en vol, je pourrai aisément te rattraper. … Toi d’où viens-tu? Pourquoi es-tu seule? Ton groupe t’a abandonné ?

Il est méfiant et essaie encore de jouer les gros dures mais ça ne prends pas avec moi. Sa question me fait remonter le flot des souvenirs. Je voulais lui raconter tout ceci une fois sortie de là et à l’aise mais je n’ai pas vraiment d’autre choix que de lui faire un petit récit dès maintenant. Ça le persuadera peut-être que je ne vais pas fuir. Il est peut-être agile en vol, mais aussi agile que moi dans les arbres, en plus de ma capacité de camouflage, mais de toute façon ce n’est pas mon intention. Je prends une grande inspiration est commence.

- je viens d’une terre se situant à plusieurs jours de cette île. Je vivais avec ma petite famille, tranquillement, mais j’ai toujours été à la rencontre des autres, et un jour je suis partie. ; je le regarde dans les yeux ; besoin d’aventure, de voir de nouvelles choses ; je replonge dans mes mémoires ; j’ai rencontrer des tonnes d’espèces, d’humains, et de toutes sortes. Des gentils, des mauvais, des agressifs et des craintifs… et j’en passe. ; je regarde les petits lacs d’eau sur ma droite ; Je ne me souviens pas de mon nom de naissance pour tout dire… Amaryllis est le prénom que m’a donné un humain pêcheur, qui m’a pas mal aidé sur les longs trajets, en me prenant sur son bateau. ; je retrouve finalement le chemin de son regard ; et voilà, je me retrouve ici. Seule, plus ou moins, avec mon petit territoire dans la forêt. Je me ballade et espère trouver un moyen de vivre à ma guise.

Je soupire longuement. Un résumé tout simple, tout bête, mais ça suffit largement. J’avoue que l’envie de fonder une petite famille est dans mes petits objectifs mais pour ça il faut trouver le bon mâle, et donc retourner vivre dans une horde et ça… je ne le veux pas… à moins que ce mâle n’accepte de me suivre dans la nature, vivre en explorateur avec moi, mais boonn passons. J’ai encore le temps de tout ceci, et c’est pas le moment de penser à ça voyons ! Encore une fois mon esprit s’égare pour un rien. Je reporte ma concentration du le dragon aux ailes papillon.

- alors… je suppose que… à ton tour de me raconter comment tu es arrivé sur cette île… est-ce ici ton territoire ? ça fais longtemps que tu es ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aerys

avatar


Messages : 55
Date d'inscription : 15/01/2017

Fiche de personnage
Espèce: Chant Funeste
Je suis: Dragon sauvage
Partenaire: No.

MessageSujet: Re: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   Sam 28 Jan - 23:30

Je suis dans le flou et ça devait se sentir. D’habitude ma seule vu suffit à faire trembler le plus féroce des cauchemars monstrueux mais pas Amaryllis. Je ne sais pas comment décrire mon ressentit enfaite c’est une succession de sentiment qui font un mélange bizarre dans mon estomac, il y a l’incompréhension, la colère, l’envie de hurler pour se défouler, de mordre dans quelque chose et surtout la peur. De quoi? D’une dragonne inoffensive et immobile de surcroit? Certainement pas, j’avais peur de mes réactions, de ce que j’étais capable de faire. Es-ce que j’allais oser libérer cette aile de la mort au risque de me faire prendre dans un piège? Peut-être suis-je trop méfiant, peut-être qu’il n’y avait vraiment que elle et moi et qu’elle disait la vérité. Ce serait bien une première en tout cas, je ne sais pas que faire, tandis qu’elle me raconte son histoire je l’écoute tout en cogitant dans ma tête.

Des milliers de questions se bousculent dans ma tête, es-ce que je la libère, es-ce que je m’envole et prétend que ceci n’est jamais arrivé, pourquoi elle ressent ce besoin d’aventure, pourquoi elle a fait confiance à un humain, pourquoi elle… Voilà maintenant qu’elle envahi toutes mes pensées c’est de plus en plus oppressent! Ca fait ça de parler et de s’ouvrir? Mais comment les autres espèces font pour se supporter parce que je trouve cela assez comment dire, déstabilisant. Je n’allais quand même pas m’ouvrir à une parfaite inconnue? Bon je note que je n’utilise plus le mot proie, en fait je ne la vois même plus comme telle… Mais dans quoi j’allais m’engager moi!

«  D’aventures, de nouvelles choses » Pour ne pas perdre le fil de la conversation je reprenais un peu ce qu’elle disait mais au moment où elle évoqua son aventure avec les humains, non sérieusement elle étais en bon terme avec ces créatures vicieuses? Ca y est, j’ai tout compris, en fait je suis mort et ceci est les terres éternelles et elle c’est une créature divine des cieux… Non non je suis bien vivant et Amaryllis vient bien de me dire qu’elle fut soigné par une de ces créatures bipèdes. De ma récente capture et captivité je ne garde pas un bon souvenir de ma rencontre avec ces êtres étranges, à vrai dire si un jour l’occasion se présenterais je me vengerai sans hésiter en les étouffants tous un par un dans un cocon d’ambre pour les voir mourir lentement! Ah je m’égard.

Elle avait rencontré beaucoup de dragons (qui sait peut-être détestait-t-elle les murmures mortel aussi), fait des contactes avec les hommes et tout ça seule. Elle s’était bien débrouillé jusqu’ici et si je la libère elle pourrait même se venter d’avoir échapper au plus mortel de tous les dragons: Moi.

« J’ai eu à faire à beaucoup d’autres dragons aussi comme tu peux t’en douter mais les humains… Il y a des bons tu dis? Moi ils m’ont capturés et mis en cage, c’est par miracle que j’ai pu m’échapper. Si je retrouve ceux qui m’ont fait ça je me vengerai. »

Je laisse un temps

« Non ce n’est pas mon territoire habituel, je suis loin de chez moi un peu comme toi mais pas pour les mêmes raisons… Vous avez de la chance de vivre en famille, je sais pas si un jour je pourrai connaitre ça mais j’imagine que c’est moins pesant de pouvoir compter sur un autre que soi. Tu veux vivre à ta guise? Moi je vis ainsi, je suis libre d’aller où je veux, de voler et dormir en paix, peu de dragons me cherchent des problèmes et c’est parfait comme ça. »


Cela suffit ! Stop, cette situation avait assez durée, tant pis je me lance! Je pris une grande inspiration puis d’un coup je déploie mes ailes en poussant un cri mélodieux et menaçant à la fois. En penchant ma tête pour mettre en avant mes longues cornes qui ornent ma tête, je bondi vers le flanc droit du cocon. Peut-être allait-t-elle penser que j’allai l’empaler. J’aurai du prévenir … mais cela aurai été beaucoup moins drôle. Tout à l’heure en inspectant le cocon j’avais remarqué une faille au niveau de l’aile droite, en tant normal j’aurai consolidé tout ça mais là je ne faisais rien de normal. J’essayai de faire s’effondrer la structure en enfonçant une corne au point faible tout en faisant attention de ne pas blesser la dragonne. En quelques minutes et l’affaire était plié et l’enveloppe dorée s’effondra en d’innombrables petits bout comme de la roche brisé. Je venais de la libérer. En me redressant pour reprendre ma posture habituelle je secoue encore un peu sonné sous le choc. Je venais de la libérer!!
L’adrénaline procurée me redonne mon assurance, sans perdre un instant je plongeais à nouveau mon regard dans le sien pour dire :

« Ne me le fait pas regretter. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaryllis

avatar


Messages : 66
Date d'inscription : 18/06/2016
Age : 22
Localisation : dans ton dos

Fiche de personnage
Espèce: aile de la mort
Je suis: Dragon sauvage
Partenaire: personne, snif

MessageSujet: Re: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   Dim 29 Jan - 14:34

Je suis en train de le rendre fou le pauvre. C’est sûr à cent pour cent que je le mets mal à l’aise avec mon attitude calme. Bon au moins il marche dans mon sens et il n’est pas sans cœur. J’ai des fourmis dans les pattes et ma position commence sérieusement à me peser. En plus, ce cocon m’étouffe un peu et j’ai un peu de mal à trouver mon air. Je respire bien plus doucement que la normal pour essayer de compenser, de ne pas paniquer, mais là ça devient problématique. Il tourne un peu en rond et cogite, réfléchis. Il semble sérieusement hésiter à me laisser partir.

Il me raconte sa rencontre avec des humains, et ça ne m’étonne pas. J’en ai croisé plusieurs qui voulaient ma peau et mes os, où alors me faire je ne sais quoi pour me forcer à travailler pour eux. Je souffle par les naseaux et acquiesce.

- comme je l’ai dis, il y a des méchants bipèdes et des gentils. Dans le village, plus au nors, au bord de la falaise, ils sont très gentils ! Les dragons vivent en libertés et ils sont même heureux. Une sorte de… horde… famille… mais avec humains et nous.

Je commence à avoir un bon espoir sur le fait qu’il va me libérer. Surtout avec ses derniers mots. Bien sure que je veux vivre comme je l’entends. Il me dit que je vis en une famille avec les humains du village, j’allais alors reprendre ses mots pour le corriger quand je le vois foncer sur moi. Je hurle et charge ma bouche de poison acide mais ne crache pas. Pourquoi ? parce qu’il a enfoncer ses cornes dans le bloc. Pour le briser ! Je laisser couler doucement au sol l’acide, car je ne peux pas l’avaler, et contracte mes muscles pour l’aider à briser la pierre orange qui m’entrave. Bientôt me voilà libre ! Je me secoue et plonge dans l’eau où je me roule allégrement. Quel plaisir de bouger, de se sentir fraiche, de pourvoir s’étirer longuement. Ça fait craquer mes articulations mais qu’est-ce que c’est bon ! Je prends une grande bouffée d’air et une fois de nouveau en forme, je sors de l’eau et me secoue, avant de retourner vers lui, toute contente.

- merci Aerys !

Je me fiche qu’il m’est voulu du mal, l’essentiel est qu’il n’a rien fait. Je frotte mes naseaux contre son cou en ronronant pour le remercier de cela. Puis je m’allonge dans le sable et le regarde.

- tu vois ? je tiens toujours mes promesses Aerys.

Je me roule dans le sable en ronronnant de plaisir avant de me calmer et de rester sur le ventre. Je le regarde, toute contente.

- tu devrais venir t'allonger avec moi, te détendre. ça te ferai du bien, tu as l'air tout bizarre. Aller, calme toi et fais moi un peu confiance! Je ne veux rien d'autre que discuter et passer un peu de temps avec toi, avant de repartir chez moi... ; je repense au fait qu'il n'a pas de territoire ; ... tu sais, je ne crois pas que se terrain appartiens à quelqu'un, de plus pas mal de proie passe dans le coin, tu pourrai y être bien. Et on pourrait se voir souvent comme ça, vu que je suis pas loin.

Je ris et me prélasse tranquillement en fermant les yeux. Je viens de me faire, je pense un nouvel ami. ça me rappel que je dois le corriger un peu sur sa remarque de tout à l'heure.

- ho fait... je n'ai pas vraiment de "famille". plus des humains et dragons que j'aime bien... des camarades en somme. Mais je n'ai pas encore trouvé de vraie "famille" à proprement parlé ; je soupire ; enfin. Assez parlé de moi. Toi, que vas-tu faire maintenant?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aerys

avatar


Messages : 55
Date d'inscription : 15/01/2017

Fiche de personnage
Espèce: Chant Funeste
Je suis: Dragon sauvage
Partenaire: No.

MessageSujet: Re: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   Lun 30 Jan - 12:05

Je venais de faire ce que je croyais impensable il y a même pas une heure. Non sérieusement il y a des fois où on agit sans vraiment prendre conscience de ce que l’on fait, des instants où une force supérieur prend contrôle de nous mais cet instant est encore au dessus de ça. D’un autre côté ma petite blague avait fait son effet vu l’acide qu’elle avait craché au sol..Une petite minute, peut-être qu’elle voulait réellement me piéger..Non impossible sinon elle m’aurait déjà attaquer, elle décida plutôt de prendre la fuite vers la mer aussitôt libérée de l’ambre. Bon choix j’aurai fait pareil à sa place. Tant pis si elle voulait partir, je ne me lancerai pas à sa poursuite, je n’en ai pas envie, je pense même plus en avoir la force, il y a trop de choses qui se bousculent actuellement dans ma tête et au pire je n’ai qu’à lâcher un cris hypnotique pour la faire revenir. Voilà c’est ça, je n’ai pas vraiment perdu le contrôle, je maîtrise comme d’habitude, juste que c’est un peu different cette fois…

Depuis la plage je la regardais célébrer sa liberté, elle déployait ses ailes, s’étirait tous les membres, elle jouait dans l’eau comme un bébé qui n’avait pas encore vu l’hiver, peut-être que toute cette candeur dans sa façon d’être ne voulait rien cacher, au pire je me trompe et je la remet dans une prison ambré voilà pas de quoi s’inquiéter, je maîtrise…cool.
La voir comme ça me rappel le moment où je m’étais échapper des chasseurs humains, je voulais voler le plus haut possible dans le ciel pour fendre les nuages, tester mes ailes, dégourdir mes muscles et surtout disparaître. Je voulais échapper à mes ravisseurs, Amaryllis avait à présent la parfaite occasion de s’échapper vu que je ne bougeais toujours pas de ma place mais non, elle choisit de revenir sur la plage. Me serai-je réellement comporter comme son bourreau?  Oh non, encore une question qui s’ajoute à la valse interrogative qui se joue dans ma tête.

Elle venait vers moi, contente ça se voyait, je ne bougeais toujours pas, en fait je n’osais même pas bouger la moindre écaille ou émettre le moindre son surtout quand elle me remercia. La suite fut encore plus forte, elle s’avança pour frotter son museau contre mon cou, je la laissa faire, en demeurant stoïque ne sachant pas comment agir face à un tel étant d’affection. Je pouvais même sentir son ronronnement. Que suis-je censé faire? Je n’avais encore jamais eu à me retrouver dans une telle situation, ce n’était pas désagréable, enfin si mais pas vraiment, ça faisait du bien mais j’avais un peu honte de ressentir cela. Elle me rappela ensuite qu’elle avait tenue la promesse de ne pas fuir, encore un peu hébété par ce qui venait de se produire je fis un signe positif de la tête histoire de ne pas montrer que j’étais on va dire complètement dépassé par la situation. Ahm, non je maîtrise quoi qu’il arrive.

Elle se roulait ensuite dans le sable en m’invitant à faire pareil, en fait ça devait vraiment se voir que je n’étais pas à l’aise. Je pris une bonne bouffé d’air pour me dire que au point où j’en suis, autant lâcher mes préjugés et me dire que ce monde est fou pour calmer un peu la nuée d’interrogation qu’il y avait dans ma tête, Après tout, je maîtrise!

Lentement je me penchais pour la rejoindre, mais hors de question de me rouler dans le sable et risquer de salir mes ailes.

« C’est bon ... tu as ma confiance et je ne t’attaquerai pas non plus…c’est juste que c’est un peu comment dire, nouveau pour moi. »

Après avoir dit ça je sentais déjà un poids en moins sur ma conscience, je commençais à me détendre et avouons le, cela me faisait du bien.

Elle m’apprit qu’elle vivait seule dans la forêt, cela voudrait dire que cette forêt devait être riche en cachette et surtout en proie. Je n’avais pas l’intention de rester sur cet île au début mais si je trouve un endroit qui ressemble légèrement à mon ancien territoire je n’allais plus faire la fine bouche au point où j’en suis.

« Elle est comment la forêt? Mon ancien territoire était une île très riche en végétation je pouvais facilement me camoufler dans les plantes, ici c’est pas vraiment ce que je recherche, être trop près de la mer me prive des poissons d’eau douce et en plus, disons que je ne suis pas en bon terme avec certaines espèces de dragons marin, ceux qui hurlent principalement! Ils sont presque sourds donc ils ne tombent pas facilement sous mon emprise et viennent souvent me faire rater une chasse »

Voilà que je me mettais à parler à mon tour, comme je le disais, au point où j’en suis, pourquoi pas.

Elle revenait ensuite sur le fait qu’elle n’avait plus de famille, en somme sur ça je peux la comprendre, s’il y a bien une espèce de dragon dont je me méfie le plus ce sont mes semblables. La suite par contre me dépassait encore, elle me disait qu’elle avait des connaissances parmi les humains, les autres dragons.. C’était possible ça? Tout à l’heure elle avait évoqué un endroit où les hommes et les dragons vivent en harmonie, comme un clan. Je n’allais pas faire de commentaire là dessus, il fallait que je le vois de mes propres yeux pour le croire.

« Ca ne te gêne pas que je chasse comme ça les autres dragons et peut-être même les humains? Enfin je veux dire, je comprendrai que tu sois comme ça avec les autres mais moi, enfin tu comprends? »

Oui j’étais curieux je voulais savoir d’où lui venait toute cette…gentillesse.

«Je compte bouger mais je ne sais pas où, j’étais très attaché à mon territoire et depuis que je suis venu ici, j’ai un peu perdu mes repères et puis toi ..Enfin je ne sais pas comment le dire mais je n’avais jamais eu à faire à quelqu’un comme toi »

Je voulais me rapprocher d’elle un peu plus pour répondre à son geste de tout à l’heure mais je freina mon élan, mes mâchoires n’étaient pas vraiment adaptées à la douceur et j’avais peur de mal agir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaryllis

avatar


Messages : 66
Date d'inscription : 18/06/2016
Age : 22
Localisation : dans ton dos

Fiche de personnage
Espèce: aile de la mort
Je suis: Dragon sauvage
Partenaire: personne, snif

MessageSujet: Re: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   Jeu 2 Fév - 18:54

Il est aussi droit qu’un bâton sec, ça me fait rire. On dirait un dragonnet qui découvre le monde ! Quand je lui montre une marque d’affection gentille et amicale, il devient tout penaud, mais bon il semble se détendre un peu plus une fois allongé avec moi dans le sable. Il est du type à vouloir tout savoir prévoir je suppose, car cet instant où il ne pouvait rien prédire de mes mouvements, il semble sérieusement mal à l’aise. Adorable. Il confirme que tout ceci, le fait de discuter, de m’avoir libéré, et de ne même plus avoir de penser de mort contre moi, c’est tout nouveau pour lui.  

Il me parle de son ancien territoire, que je m'amuse à imaginer. Un grand territoire luxuriant de végétations, de couleurs, avec des plans d'eau douce où l'ont peut s'y baigner... mon imagination ajoute des détails de soleil, de climat doux, de jeysers et de pleins de proies et de poissons que cette planête ne porte peut-être même pas. Je reviens sur ma concentration du moment présent, secouant un bref coup la tête et je le regarde. J'espère qu'il ne m'a pas vu partir trop loin dans mes pensées! après tout je l'ai entendu jusqu'au bout malgré tout.

Je me rappel de cet ébouillantueur qui m’a sévèrement blessé il y a quelques jours. Heureusement que la petite humaine Keelan était là pour me remettre sur pattes ! Sans elle, je serai encore en train de souffrir, ou pire je serais morte depuis longtemps. Rien que d’y penser j’ai le frisson.

- effectivement, les dragons marins sont pas ce qu’il y a de plus… social… mais ton ancien territoire devait être génial! Dommage que ses mauvais humains te l'est arraché...

Je me lève pour boire un peu dans le bassin le plus proche puis reviens à lui, et me laisse tomber sur le sable.

- mon territoire est petit, avec pas mal d’arbres bien touffus, un bassin avec beaucoup de carpes qui se renouvellent rapidement, et d’autres poissons aussi… un vrai petit paradis en somme ! et par petit j’entends vraiment petit. Mais j’ai pas besoin de plus tant que je suis seule. ; j'ajoute après un instant de silence ; Par contre je ne sais pas s'il y a un morceau de territoire libre, j'ai juste de la chance de trouver cette zone récemment libéré par la mort de l'ancien dragon qui y vivait... tu devra te battre pour gagner ta parcelle, mais je doute que ça te déplaise!  héhé.

Je prends en compliment ce qu'il me dit par la suite. Comme quoi je suis différente et bien étrange d'être aussi gentille. Je me rapproche de lui et de nouveau le câline du bout des naseaux. Il a besoin d'affection ce pauvre voyageur perdu! Il va vite s'habituer avec moi!

- Je prends le temps de parler et observer avant d'attaquer, et on va dire que j'ai un assez bon instinct pour trouver les bonnes personnes et les mauvaises personnes. Et aussi pas mal de chances.

Il est encore tout tendu et j'ai vu! oui j'ai vu! Il c'est approché puis a eu un mouvement de recul comme s'il renonçait. Ben non, il va me donner ses câlins, car il n'y a pas de timidité à avoir entre nouvelles connaissances amicales.

- aller, détends toi Aerys! Je vais pas te manger, MOI! ; je ris et le regarde dans les yeux ; Tu manges des dragons, mais ça ne veut pas dire que tu es sans coeur pour autant. Et puis tu l'as dis toi même que tu manges aussi des poissons. Moi j'aime pas la viandes... trop de sang, pas assez tendre et ça me rends malade... je mange donc pleeiinns de poissons et juste quelques gibier de temps à autre. Tu pourrais essayer, on sait jamais!
; je change à nouveau un peu de sujet ; En tout cas, oublie pas, tu es la bienvenue sur mon territ-...

Je redresse la tête et lève le nez en l'air. Humain. Je regarde autour de moi. Je ne vois rien mais sens sa présence. Je me tourne vers mon invité.

- je pense qu'on devrait aller se cacher, on ne sait jamais, c'est pas forcément un gentil humain malgré qu'ils soient majoritaires ici. tu... aurais une grotte où se faufiler le temps qu'il passe?



[PS : je ne sais pas pourquoi ça met en orange, car j'ai bien mis mon code couleur '_' désolé j'arrive pas à le changer ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aerys

avatar


Messages : 55
Date d'inscription : 15/01/2017

Fiche de personnage
Espèce: Chant Funeste
Je suis: Dragon sauvage
Partenaire: No.

MessageSujet: Re: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   Sam 4 Fév - 19:49

Je ne me reconnais plus, moi qui d’habitude préfère fuir les contactes me voilà entrain de parler de mes petites histoires à une dragonne que je voulais manger il y a pas si longtemps. Inutile de m’en plaindre, je passe un bon moment il faut se l’avouer, parler avec Amaryllis me fait du bien, j’ai quelqu’un qui m’écoute, me répond, interagi, ça me sort de ma zone de confort on va dire de façon assez brutale mais ne dit-t-on pas que ce genre d’expérience font grandir. J’ai envie de continuer à lui parler et même d’en apprendre plus sur elle, sur ce qu’elle aime, comment elle passe son temps … Une petite minute, depuis quand je m’intéresse aux autres! Et si…Et si c’était elle qui à fini par m’envouter!

Vu l’air absent qu’elle affiche, je ne pense pas que cette femelle ai la capacité à prendre contrôle de l’esprit d’autrui comme je le fais avec mon chant. Mais à quoi pouvait-t-elle bien penser? A comment s’échapper? Mais je lui ai dit qu’elle est libre à présent, certes il m’arrive d’être sadique et de jouer avec les nerfs des autres dragons mais pour cette fois je suis réellement sincère, elle n’a qu’à battre des ailes et disparaître.

Elle finit par retrouver la parole tout d’abord en affirmant ce que je disais sur les dragons marins: ce sont de véritables empêcheur de tourner en rond, pour ensuite rebondir sur mon ancien territoire, elle pensait que c’était les humains qui m’en avaient dépossédés. Il est vrai que je ne porte pas cette espèce inférieur dans mon coeur loin de là mais je ne suis pas mauvais joueur pour autant, ce n’était pas la faute des humains pour cette fois:

«  Les humains n’y sont pour rien. C’est une famille de murmure mortel … Ce sont d’horribles dragons, intelligents, vicieux, ils creusent et détruisent tout… Mais je me suis battu jusqu’au bout c’est juste que voilà je fus submergé par le nombre et en plus ils avaient tout saccagé…Je les hais »

Voilà au moins si madame qui aime tout le monde a un ami chez les verres de terre, elle sait à présent qu’il ne faut pas me le présenter.

Elle me décrit enfin l’endroit où elle vit. Une zone boisée, un point d’eau, je me fais rapidement une idée du lieu, certes ce ne devait pas être aussi parfait que mon île mais s’il y a abondance de nourriture et que le confort y est, je n’allais pas faire le difficile. Evidement elle précisa que d’autres dragons avaient aussi élu domicile, pff comme si cela allait me gêner. Si jamais je voulais m’y installer j’allais avoir à détrôner qui? Le grand mâle gronk dominant ou bien le bragettaur impitoyable? Ce qu’elle appelait rival moi je voyais ça comme de nouvelles proies. Le sourire que j’esquisse devait bien illustré le fond de ma pensée.

Je voulais lui dire que si l’envie me prend de m’installer dans la forêt je n’allais pas me gêner mais avant que je puisse parler elle…me donna une nouvelle marque d’affection physique comme tout à l’heur. Encore je fus pris au dépourvu je l’avais pas vu venir, ça m’avait figé et un frisson m’avait envahi dans tous le corps. C’était vraiment déstabilisant mais cela n’avait rien de désagréable c’était bien, chaleureux … mais bizarre! Elle me considérait comme quelqu’un de bien après tout je n’allais pas la contredire sur cela.
Je voulais vraiment lui répondre comment dire, ‘affectueusement’ mais ça ne sortait toujours pas, tant pis.

Je devais l’amuser vu la façon dont elle voyait toujours le bon côté dans ce que je disais, ne sachant pas trop par quelle acrobatie verbale j’allais m’en tirer je préféra garder le silence tout en continuant de regarder ses yeux jaunes. Je sais comment lire dans les regards, je connais toutes les ruses des menteurs, j’ai croisé le regard de beaucoup d’individus en somme, je pouvais donc affirmer que cette aile de la mort était vraiment sincère avec moi, elle n’avait pas peur, elle semblait passer du bon temps.. Elle avait bon gout aussi en ce qui concerne les poissons, certes elle avait peur de la viande mais bon personne n’est parfait.

J’allais lui répondre quand une odeur familière attira mon attention. Ca sentait l’humains mais pas du bipède quelconque non, il y avait cette même odeur de metal mélangée à de la racine verte, cette plante qui sécrète une substance qui rendrait fou le plus sage des dragons. Cette odeur ravivait en moi de mauvais souvenir, c’était sans doute la même espèce qui m’avait emprisonnée il y a peu.

Je voulais bondir et charger sur ces sous-êtres pour les étouffer avec de l’ambre ou bien les dépecer lentement pour les faire souffrir comme il le faut, mais je savais que malgré leur petite taille c’était des adversaires redoutables, il fallait s’en méfier et…et je ne voulais pas qu’une de leurs flèches touchent Amaryllis. Enfin pour ce qui est de moi, je comptais sur ma vitesse et mon agilité pour esquiver leurs tires.

Je m’étais redressé, le nez dans le vent pour capter toutes informations disponibles dans l’air. Amaryllis à côté avait aussi senti l’odeur mais ne savait visiblement pas ce que cela présageait, néanmoins elle ne fit rien de stupide comme suivre la piste pour aller dire bonjours.

Dressé, tous les sens en alertes, je lui dit:

«Cette odeur… Je la connais, c’est un chasseur du groupe qui m’avait capturé. Cette saleté est venue jusqu’ici mais tant mieux comme ça je les tuerai tous, en attendant oui, j’ai un abris derrière la falaise, une grotte invisible si on ne la connait pas »

Sur ces paroles je déployais mes ailes, elles étaient si grandes que l’ombre d’une seule suffisait à recouvrir le corps entier de la dragonne rouge. Je voulais prendre mon envole, mais je ne sais pas pourquoi on aurait dit que j’avais pris cette posture comme si je voulais protéger ma nouvelle connaissance. Absurde, mes ailes sont juste impressionnantes voilà tout.
Sur cette pensée je pris ensuite mon envole direction la grotte en espérant qu’elle me suivrait. J’étais rapide, en quelques coups d’ailes j’avais déjà rejoins le flanc de la falaise. La manière dont mon espèce se déplace avec une grande aisance dans les aires fait penser à la nage élégante d’une de ses horreurs d’anguilles qui semble glisser sur l’eau et je suis fière de pouvoir combiner vitesse, agilité et grâce..

Bref je m’égard, depuis la caverne j’allais pouvoir observer l’approche des humains et juger si une attaque est possible ou non.

[Le orange t'envahi cherches pas x)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaryllis

avatar


Messages : 66
Date d'inscription : 18/06/2016
Age : 22
Localisation : dans ton dos

Fiche de personnage
Espèce: aile de la mort
Je suis: Dragon sauvage
Partenaire: personne, snif

MessageSujet: Re: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   Mer 8 Fév - 14:41

Ho, donc se sont ces dragons effrayants qui creusent la terre qui l’ont délogé de son petit paradis. J’en ai déjà croisé, comme ça, mais c’est pas possible de faire quoi que se soit avec eux. Surtout les énormes blancs. Je comprends la haine qu’il peut leur porté, après tout sans eux il n’en serait pas à devoir se trouver une nouvelle demeure.

Quand je lui parle de ce à quoi ressemble mon territoire, surtout la partie « terrasser l’ancien propriétaire », il sourit. Comme je le pensais, il aime vraiment se battre et tuer, après avoir enchanté par sa merveilleuse voix ses cibles. Il est très fort, et surtout il a de la chance d’avoir un tel talent ! J’aimerai bien pouvoir entonner des mélodies aussi douce et hypnotique. Si jamais je croise d’autres de son espèce, je ferais bien plus attention. Leçon du jour : mélodie + lieu désert + ambre = DANGER ! Et je courrai dans l’autre sens pour échapper à l’ensorcèlement.

En parlant de danger, cette odeur d’humain est très étrange. J’ai un peu la peur qui me monte au ventre, et l’attitude de mon compagnon du moment ne rassure pas. Je frémis et active par reflexe mon camouflage, priant pour que le sable sous moi ne me trahisse pas tout de suite. Heureusement, à chaque mal son bien, mon nouvel ami a une cachette de l’autre côté, sur le flanc côté mer. Je les compte par ce que je sens… je dirais… 5 pour l’instant, mais je n’ai jamais été très doué pour pister. Ce qu’il me dit est encore moins rassurant : des mauvais humains. Ce qui est sûre avec cette espèce, c’est que quand ils sont mauvais, ils sont mortels pour nous, et même pour leur propre espèce.  Je le vois déployer ses ailes… il me cache de la vue du ciel. Je le suis sur son élan et quand il finit par s’envoler, je file sur la paroi.

Vive et agile, les roches se font soutiens sous mes pattes et non freins. Je le suis du regard sans m’envoler, je suis plus à l’aise au sol pour fuir. En plus, il est bien visible… c’est fou à quelle vitesse il peut aller dans les airs ! Il plonge. Je suis. J’entre juste après lui dans la grotte, et cesse mon camouflage. Je soupire, un peu soulager quand même.

- merci beaucoup.

Je souris et m’allonge pour être plus discrète, Et le l’observe, prédateur. Je ne pense pas que les attaquer soit une bonne idée, risquer sa peau tout seul contre eux est même presque idiot. D’ici je peux mieux compter. Toute une bande guette en bas, armés et déterminés. Je le tapote du bout du museau pour avoir un peu plus son attention.

- recule plus dans le fond. Tu n’arriveras pas à t’occuper seul de cette bande entière… place un peu ta fierté de côté et pense à ta survie. Ce n’est même pas le territoire que tu souhaites prendre.

Je doute qu’il m’écoute, mais au moins j’aurais essayé. Il est maitre de ses gestes et je me dois de respecter les décisions qu’il prend pour lui-même. C’est juste que je ne voudrais pas perdre un dragon avec qui je peux faire ami-ami.

Les humains bougent, ils semblent former un cercles et suive les pistes qu’ils ont. Bonne chance car lui c’est envolé et moi j’ai grimpé sur la paroi rocheuse qui était de toute façon abimée. Je le regarde et mes lianes frémissent. J’aime pas cette sensation. Danger… danger… je sens bien qu’il y a un danger et je le vois le danger… mais mon instinct me donne des frissons. Bon, je vais juste rester sur mes gardes. Je me sens très nerveuse vis à vi de tout ça. J’aime pas ça du tout.

- Je … Je me demande si c’est une bonne idée… de rester là.

J’ai principalement fuis face aux humains mauvais. Je n’attaque que si la situation ne me le permet pas autrement, ou que mon petit coin de paradis est menacé. Alors franchement, là, je ne suis pas dans mon élément naturel.

- Tu comptes faire quoi donc ?  Attaquer, rester ou t’en aller ? Sache que je préfère qu’on reste à deux pour le moment, alors si on pouvait se décider…

S’il attaque, je l’aidera. C’est un fait. Je me sentirais mal de le laisser seul sans aucune chance de soutiens, même s’il est bien plus fort et habile que moi au combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aerys

avatar


Messages : 55
Date d'inscription : 15/01/2017

Fiche de personnage
Espèce: Chant Funeste
Je suis: Dragon sauvage
Partenaire: No.

MessageSujet: Re: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   Lun 13 Fév - 16:16

Face à la menace, ma nouvelle amie n’était pas  sans défenses. En effet si j’avais la vitesse et l’agilité pour moi, elle de son côté avait cette faculté qu’ont les individus de son espèce à pouvoir se rendre complètement invisible. Ce phénomène était assez surprenant lorsqu’on le voyait directement. En même pas une seconde son corps semblaient s’évaporer et disparaître dans le vent et en jugé à la vitesse à laquelle elle m’avait rejoins dans la grotte, j’en conclus qu’elle ne m’avait pas menti tout à l’heure au sujet de son habilité à se mouvoir rapidement.

Cette journée était donc loin d’avoir livrée toutes ses surprises. Tout d’abord je faisais ami ami avec une proie et maintenant ces saletés d’humains avaient retrouvés ma trace, enfin presque puisque notre fuite n’avaient alerté personne pour l’instant. En tant normal j’étais fier d’arborer mes couleurs et je ne manquais pas une occasion pour déployer mes ailes et faire entendre mes cris mais là ma posture se rapprochait plus de celle du chat acculé contre le mur prêt à bondir plutôt qu’à celle du mâle dominant. Amaryllis me tapota de son museau pour obtenir une réaction. Tout d’abord je fis la sourde oreille, ma rage grandissait je ne voulais qu’une seule chose, foncer en piquet sur tous ces humains et faire couler le sang. Je voulais passer à l’attaque non par simple envie de vengeance mais parce que j’avais bel et bien peur de ces petits êtres insignifiant. J’avais eu un avant goût de ce dont ils étaient capables et je savais que c’était uniquement grâce à la chance que je m’étais échappé. Si cette fois-ci je me faisais prendre je doute avoir deux fois la même fortune.

Amaryllis avait raison, foncer comme ça était du suicide et comme elle l’avait si bien dit ce territoire n’en valait pas la peine. Je soufflai pour faire redescendre un peu la tension puis je reculai vers elle au fond de la grotte. Elle me dit qu’elle serait prête à me suivre si jamais je décidais d’attaquer, en ajoutant qu’il serait préférable de rester ensemble. Bien que étant de nature solitaire, je lui fis signe de la tête que j’étais d’accord avec ce plan. Pour une fois j’étais bien content de ne pas être seule.

« Pour le moment on est en sécurité, mais un moment il faudra s’enfuir vers l’intérieur de l’île. Ces saletés ne vont pas nous lâcher facilement, si jamais on doit se battre, fait bien attention de ne jamais te faire toucher par une de leur flèches, ces trucs je sais pas comment mais elles peuvent te paralyser en un coup et eux n’auront plus qu’à te cueillir »

En disant cela je me rendais compte que leur technique de chasse se rapprochait beaucoup de la mienne… Oui mais en moins subtile et en plus lâche.« Juste en passant, je t’interdis de faire un quelconque rapprochement entre ma façon de chasser et leur attaques sournoises! »
Il fallait que je le précise, il en valait de la bonne santé de mon égo.

Notre moment de répit allait être de courte duré, les humains s’étaient rassemblaient en petit groupe et semblaient être au courant de notre présence… On pouvaient les entendre communiquer, je n’avais pas passé assez de temps en leur compagnie pour pouvoir comprendre toutes les subtilités de leur langage mais je pouvais desseller quelques sons familiers qui pourraient me désigner, en effet ils parlaient de « chant funeste » et j’avais crus comprendre lors de ma dernière rencontre  que c’était ainsi qu’ils me désignaient…Mais oui c’était les morceaux d’ambres et les ossements du Gronk qui avaient du les mettre sur ma piste !  

Cette fois-ci il n’y avait plus de doute à avoir, ces humains étaient bel et bien liés à ceux qui m’avaient capturer, rien qu’en y repensant l’envie de mordre dans leurs cadavre me reprenait, je voulais répandre tous leurs entrailles sur le sable et d’en faire mon festin… Mais il y avait plus important, j’avais sans le savoir, impliqué Amaryllis dans toute cette histoire. Pour la énième fois, je ne sais comment me l’expliquer mais je commençais à m’attacher à cette dragonne..

« C’est moi qu’ils veulent, ils savent pas que tu es là, je peux les occuper pendant que tu t’échappes et peut être que je te retrouverai dans la forêt.. »

Ouais, je me donnais un peu de l’allure avec ce beau discours, l’antihéros parfait qui livre un combat acharné pour le bien de tous, même dans ce genre de situation il y avait moyen que je me mette en lumière…si seulement mon chant pouvait les hypnotiser.. Une seconde, mais ce n’était pas impossible, je pouvais bel et bien attirer leur attention pendant que par derrière Amaryllis se charge de détruire leurs armes pour les rendre plus vulnérables. Oui ce plan avait l’air trop simple pour bien marcher mais au point où nous étions, autant tout essayer sinon ce sera l’option Aerys le guerrier qui se sacrifie pour la survie de la dragonne rouge…
Bref après avoir pensé à tout cela je lui en fit part:

« Si tu restes j’ai un plan mais faudra user de nos talents, je m’occupe des les attirer vers l’autre flanc de la falaise et toi en te camouflant tu détruis leurs chargements de munition … Ou tu peux prendre la fuite..dans les deux cas ça ira .. ce ne sont que de misérable créatures »

Oui je suis d’accord qu’il y a plus encouragent comme discours mais je débutais dans ma carrière de chef de guerre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaryllis

avatar


Messages : 66
Date d'inscription : 18/06/2016
Age : 22
Localisation : dans ton dos

Fiche de personnage
Espèce: aile de la mort
Je suis: Dragon sauvage
Partenaire: personne, snif

MessageSujet: Re: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   Jeu 1 Juin - 21:41

Ces humains sont mauvais. C'est étrange de les voir ici d'ailleurs, car je croyais que la série d'îles du coin était sous le règne des gentils humains à quelques kilomètres de là. C'est sûre que se sont des clandestins. J'ai beau être seule, je n'ai pas un cœur de leader... et cela semble être le contraire de mon nouvel ami aux couleurs magnifiques. Je tends l'oreille... l'avantage d'avoir une ouïe fine, c'est de tout entendre pour ce qui n'est pas très loin, et mon autre avantage ici, est d'avoir des années côtoyé les humains. Ils parlent de "chant funeste", donc de mon acolyte ici présent, mais ne font jamais mention de mon espèce. Ils parlent de la capture, de comment ils organiseront ça, et surtout du fait qu'il c'est enfuit... donc Aerys c'est enfuit de ces personnes là. J'écoute attentivement le plan que mon ami m'expose et hoche la tête.

- je suis parfaitement capable de faire ça, mais attends juste une minute ici, je reviens.

Je redeviens invisible et descends légèrement le long de la roche, afin de mieux entendre ce qu'ils se disent. Ils râlent, mais surtout... c'est le chef qui m’intéresse. Comment je sais que c'est lui le chef? Les autres en ont peur, et ils l'écoutent plus qu'attentivement. wow, ils sont pas si organisé que ça en fait, faut dire que ça explique leur manque total de discrétion. Je remonte en silence jusqu'à la grotte et soupire de soulagement. Je ne l'avais pas remarqué mais... je tremble de tout mes muscles. J'ai peu, oui, mais je ne pensais pas trembler autant. Je prends une grande bouffée d'air et souffle, avant de m'allonger pour calmer mon coeur. Je redresse seulement la tête vers lui.

- ils s'attendent à ce que tu surgisse de la falaise où on c'est vu. Ils ont pas l'air bien intelligent, donc tu pourra facilement les distraire. Nous allons suivre ton idée, et lorsque je lancerai un petit cris... c'est que j'en aurais finis avec ma part du travail.

Je me relève, un peu mieux, et lui donne une petite accolade de mon aile.

- fais attention à pas te faire toucher et... vu que je sais pas comment ça finir, je préfère être positive en te disant ça.

Je me recule, pour pas non plus le mettre mal à l'aise, et lui souris.

- si tu vois un petit lac remplie de truite, près d'une façade de roche avec une caverne ample... c'est mon territoire et.. tu sera la bienvenue, mon ami.

Je soupire et lui montre le ciel d'un geste de menton.

- aller... allons y! Bonne chance et bon courage!

Une fois qu'il est partie, j'attends un instant que tout les humains filent à sa suite pour descendre, camouflée, et m'occupe de détruire les trucs en bois, remplie d'acide les trucs en métal, et finit le boulot assez rapidement. Mais là... je suis prise en dilem. Je ne peux pas juste partir, sans voir s'il va bien ou non. Je vais dans les arbres, pour plus de sécurité, et le cherche. Facile, ça cris de partout. Je lance mon appel vocal. Un seul cris bien clair et puissant, qui ne fait sursauter que les deux plus proches humains méchants. De là, j'observe les actes et réactions. Si je vois qu'il a besoin d'aide pour fuir, j'attaquerai... sinon je partirai en paix, un ami en plus dans mes voisins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La mélodie mortelle face à l'invisible proie [Aerys et Amaryllis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» La main invisible
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» HAÏTI FACE À L'OBLIGATION DE L'ÉTAT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragons rpg ::  :: Le littoral :: Les bassins-
Sauter vers: